L’AGA insiste que les machines à compétences non réglementées soient retirées du marché du jeu

0
2
American Gaming Association

L’American Gaming Association réitère ses appels au retrait des machines à compétences non réglementées sur le marché américain. Selon une enquête menée par l’association, ces machines apportent de nombreux travers et vices. Sont ainsi impactés, le jeu légal, la santé des joueurs, les ressources de l’État, etc. C’est pratiquement tout un système qui est menacé, comme le martèle Bill Miller, le président de l’AGA.

L’AGA réitère ses appels au retrait des machines à compétences non réglementées

L’American Gaming Association (AGA) renouvelle ses appels. L’AGA veut que soient totalement retirées du marché américain des jeux de hasard les machines à compétences non réglementées. Cette insistance de l’organisation est causée par les résultats d’une étude, réalisée récemment. Celle-ci a révélé que les joueurs américains sont mal influencés par les machines à compétences non réglementées.

Cette campagne pour le retrait des machines à compétences non réglementées n’est pas une nouveauté pour cette association du secteur des jeux de hasard. Il s’agit d’une campagne de longue date. L’AGA est la principale organisation commerciale de l’industrie du jeu de hasard aux États-Unis. Son président Bill Miller défend fermement cette idée de retrait du marché américain des jeux de hasard, les machines à compétences non réglementées.

Les machines à compétences non réglementées ont eu une ascension fulgurante au fil des années aux États-Unis. Cette situation a conduit à une importante expansion des opérateurs et fabricants de cette catégorie de jeux. Aujourd’hui, les machines à compétences représentent une part importante du marché des jeux aux États-Unis.

De nouveaux éléments confortent l’AGA dans sa position contre les machines à compétences non réglementées

L’American Gaming Association a récemment publié une nouvelle étude, dont les résultats s’accordent ou tout au moins donnent du crédit aux commentaires de son président, Bill Miller. Cette nouvelle étude révèle que selon la majorité des citoyens américains, les machines à sous sont des jeux de hasard. Elles devraient donc être réglementées au même titre que toutes les autres machines à compétences.

Bill Miller s’est encore montré plus virulent à l’égard des machines à compétence non réglementées dont il recommande la suppression de tous les sites aux États-Unis. Réputé pour son franc-parler et sa droiture verbale, le président de l’AGA, en appelant au retrait des machines à sous des sites de jeux aux États-Unis, s’en est pris aux fabricants. Bill Miller déclare que les fabricants de machines à compétences non réglementées ont trompé les consommateurs.

Il avance que l’activité de fabrication de machines à compétences non réglementée s’est bâtie sur la tromperie des consommateurs et des petites entreprises. De surcroit, cette activité s’est jouée du système en évitant de payer les taxes et de se conformer aux règles de surveillance et de protection des consommateurs.

Il conclut en disant que ces nouveaux éléments prouvent une fois de plus le caractère dangereux de ces machines à sous pour les citoyens américains. Ces éléments justifient une nouvelle fois, la nécessité de les retirer des sites de jeux aux États-Unis d’Amérique.

Les résultats de l’étude confirment les commentaires de président de l’AGA

Selon les résultats de l’étude et tel que le rappelle le président de l’AGA, la majorité des citoyens américains, soit les deux tiers (environ 65 % de la population) ont une appréhension particulière des machines à sous. S’agissant de la réussite dans un processus de jeu des machines à sous, la chance est le seul déterminant à prendre en compte, rappelle le président de l’AGA.

Les machines à compétence ont réussi au fur et à mesure à se faire une place dans l’industrie du jeu. Au même moment, ils ont commencé à susciter des interrogations sur leur légitimité. D’importants débats se sont déclenchés afin de trouver la meilleure façon de gérer les machines à compétences. Celles-ci sont aujourd’hui parmi les machines de jeux les plus communes dans les espaces de divertissement. On retrouve aujourd’hui les machines à sous dans de nombreux espaces, tels que les bars, les dépanneurs, les établissements communautaires, les centres commerciaux, à travers tous les États-Unis.

Quelque temps auparavant, des recherches avaient révélé que le nombre de machines à compétence non réglementées en circulation dans tout le pays était supérieur à un demi – million. Ce nombre important fait des États-Unis l’un des plus grands foyers du jeu de machines à compétences. À lui seul, le pays représente près de 40 % du nombre total de machines à sous en circulation dans le monde, soit un volume de 500 000 machines. Le dernier sondage a été mené en ligne, entre le 11 et le 18 août derniers. L’étude avait porté sur une population de 2002 électeurs d’un âge minimum de 21 ans.

Les machines à compétences sont distinctes des jeux d’adresse

Les machines à compétences ne sont pas assimilables aux jeux d’adresse. C’est ce qu’ont retenu les différents organismes commerciaux de l’industrie du jeu tels que l’AGA et ceux en charge de l’application de la loi. Le même avis est partagé par les opérateurs de casino opérant sur le marché réglementé. Cette dernière catégorie d’acteurs soutient que les jeux de machines à compétences non réglementés sont illégaux et de ce fait, doivent aussitôt être supprimés.

Cette position commune des acteurs et organismes de l’industrie du jeu fait suite aux déclarations des fabricants de ces machines à compétence non réglementées. Les fabricants de machines à compétence non réglementées avaient prétendu que ces jeux étaient assimilables aux jeux d’adresse. Classer les machines à compétences non réglementées dans le même registre des jeux d’adresse les légitimerait et les ferait sortir du domaine de l’illégalité. Domaine où ils sont exposés à sanction, à leur retrait du marché des jeux d’argent. Cette tentative de reclassement n’a pas trouvé d’échos auprès des différents acteurs privés et institutionnels de l’industrie du jeu d’argent aux États-Unis.

La non-réglementation des machines à compétences représente une menace pour l’industrie du jeu d’argent

Les machines à compétences, du fait de leur nature non réglementée, entrainent des risques pour l’industrie du jeu d’argent. Elles représentent une menace pour le jeu légal sur deux plans. Tout d’abord, sur le plan économique, vu qu’elles ne sont pas réglementées, elles ne sont pas taxées. En faisant concurrence avec le jeu légal au niveau de la capacité à attirer les joueurs. Sur le plan politique, les machines à compétences non réglementées contournent les normes et règlements en vigueur. Ceux-ci prescrivent généralement la radiation des machines sous licence qui ne respectent pas les règles du jeu.

Le défaut de réglementation des machines à compétences les exclut de tout processus de contrôle. Elles peuvent donc faire l’objet d’exploitation par des fabricants, sans que ceux-ci aient à respecter une quelconque procédure légale. Aucun contrôle sur le processus de fabrication n’est alors appliqué aux machines à compétences. Il n’est donc pas possible de savoir si leur fabrication a suivi les cadres opérationnels nécessaires afin de s’assurer de leur excellente qualité et de leur respect de l’équité pour les joueurs concernés.

Les machines à compétences non réglementées ne sont pas soumises au système fiscal

Les machines à compétences non réglementées ne sont pas imposées. Du fait de leur non – encadrement légal, elles passent entre les mailles du système fiscal et ne sont par-là soumises à aucun régime d’imposition. Pourtant, elles engrangent d’importantes sommes d’argent chaque année. Aux États-Unis, l’American Gaming Association a révélé que chaque année, les machines à compétence non réglementées reçoivent des mises d’environ 109 milliards de dollars.

Le défaut de réglementation des machines à compétences cause un important préjudice aux États. Les pertes occasionnées représentent jusqu’à 8,7 milliards de dollars par an en termes de couverture fiscale, et des pertes en revenus de paris légaux de l’ordre de plus de 27 milliards de dollars. Les sommes perdues sont préjudiciables à l’État, notamment pour la réalisation de ses initiatives de promotion du jeu légal. Les fonds perdus auraient servi à promouvoir le jeu légal.

L’étude révèle la mauvaise influence des machines à compétences non réglementées sur les joueurs

Selon l’enquête menée par l’association du secteur de jeux de hasard, l’AGA, les machines à compétences non réglementées exercent une influence négative sur les joueurs. Une importante partie des personnes impliquées, soit 71 %, ont déclaré estimer que les machines à compétences étaient dépourvues de mesures de protection des joueurs. Aucune mesure n’était prévue pour garantir l’intégrité des joueurs. Les résultats de l’enquête ont également révélé que la plupart des joueurs américains ont une mauvaise appréhension des machines à compétence.

Par ailleurs, les machines à compétences ne sont pourvues d’aucune mesure de prévention contre le jeu des enfants. De ce fait, selon 64 % des joueurs interrogés, les jeux proposés sont trop facilement accessibles aux enfants. Le jeu légal considère pourtant les jeunes comme une couche vulnérable qu’il faut protéger de l’exposition précoce au jeu de hasard. Dans le même sens, 56 % des joueurs interrogés sont d’avis que les machines à compétences sont fortement incitatrices à la commission d’un délit.

Les machines à compétences non réglementées ne sont pas surveillées au même titre que les machines à sous de casino. Une information rapportée par l’American Gaming Association et apparemment méconnue de nombreux citoyens américains. Pour finir, au moins deux tiers de la population américaine, habituée aux jeux d’adresse sont inquiets, en ce qui concerne les conséquences des machines à compétences au sein de leurs communautés.

Le président de l’American Gaming Association, Bill Miller, a déclaré que le maintien de l’industrie américaine du jeu de hasard, en bon état, responsable et fort, passe par une infrastructure robuste, solide et bien implanté. Il recommande de ne surtout pas encourager les acteurs déviants avec des mesures inefficaces et inadaptées à l’urgence de la situation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici